23.5 C
Mbour
dimanche, juin 16, 2024

Promotion de l’avortement sur les réseaux sociaux : Le ministère de la Santé va saisir les services de lutte contre la cybercriminalité

À lire absolument

Bien que la pratique de l’avortement soit interdite au Sénégal, depuis quelque temps il y a la diffusion fréquente sur les réseaux sociaux de publicités et offres de méthodes d’avortement proposées aux femmes enceintes ou aux couples.

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale alerte et met en garde les populations sur le danger des avortements provoqués. Mieux, les services de lutte contre la cybercriminalité seront saisis pour rechercher et punir les auteurs de ces pratiques.

« Au Sénégal, l’interruption volontaire de grossesse est interdite par la loi, à l’exception unique de l’avortement thérapeutique encadré par le tribunal. Autrement, toute interruption de grossesse réalisée pour une raison non médicale constitue un avortement provoqué. Le Ministère de la Santé et de l’Action sociale informe également que l’interruption volontaire d’une grossesse par une personne non qualifiée et/ou dans un environnement non adapté représente un avortement à risque, dont les complications médicales sont diverses et variées: hémorragies, infections, troubles mentaux, rejet par la société, infertilité, stérilité, infections, décès », prévient le ministère.

L’autorité rappelle que le code pénal punit l’avortement ou la tentative d’avortement. 

«Les peines sont applicables à la femme enceinte, à toute personne qui aura pratiqué l’avortement ou la tentative, et à l’ensemble des complices. Explicitement, le code vise tous aliments, breuvages, médicaments, manœuvres, violences, ou tout autre moyen pour procurer ou tenter de procurer l’avortement d’une femme enceinte. Sont également punies : la publicité de cabinets médicaux provoquant au délit d’avortement ; la vente ou la distribution de quelque manière que ce soit de remèdes, substances, instruments ou objets quelconques destinés au délit d’avortement », a-t-elle indiqué dans un communiqué. 

Ainsi, le ministère de la Santé et de l’Action sociale invite les populations à participer activement à la lutte contre toutes les formes de promotion de l’avortement, particulièrement les publicités dans les réseaux sociaux ou les sites privés. Les citoyens sont  ainsi appelés å signaler aux autorités sanitaires, aux autorités administratives et aux forces de défenses et de sécurité tous lieux de propagande en faveur des avortements clandestins, d’offre ou de distribution de produits ou de moyens pour pratiquer les avortements.

- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img

Articles récents